Approuvé officiellement par les deux Offices fédérales de l’agriculture et de l’environnement
D | F | E

Introduction à l’utilisation du modèle Terranimo® light


Version téléchargeable (pdf)

Pour utiliser Terranimo, démarrez votre navigateur Internet (p. ex. Internet Explorer, Firefox, Google Chrome ou Safari) et tapez www.terranimo.ch dans la barre d’adresse.

Sur la page d’entrée, choisissez si nécessaire la langue (D, F, E), puis cliquez sur la version Terranimo light (fig. 1).



Fig.1


Saisie des paramètres nécessaires pour calculer le risque de compaction du sol

Première étape: entrez les paramètres relatifs aux machines, soit la charge à la roue et la pression de gonflage du pneu, à partir desquels est calculée la contrainte exercée sur le sol. Si vous connaissez les valeurs exactes (en kg ou bar), vous pouvez les entrer directement dans le champ correspondant, ou les indiquer sur l’échelle à l’aide du curseur (), selon la fig. 2.



Fig.2

Si vous ne disposez pas des données exactes, vous pouvez les estimer à l’aide d’une table, que vous ouvrez par un clic sur le bouton . Dans la fenêtre table auxiliaire: paramètres machine (fig. 3), choisissez la machine ou le procédé type approprié dans le menu déroulant (p. ex. tracteur, récolte de p.d.t., herser & semer, etc.). Une table apparaît alors, avec d’autres données (véhicule, pneumatiques, charge à la roue, pression de gonflage). Cochez les caractéristiques qui s’appliquent et confirmez votre sélection en cliquant sur le bouton "Importer". La fenêtre se ferme.



Fig.3

La sélection d’une machine sous Charge à la roue ajoute automatiquement une valeur de pression standard dans le champ Pression de gonflage. Il est possible en tout temps de modifier ces chiffres directement dans le champ de saisie ou en déplaçant le curseur.

Sous Résultats, vous avez la possibilité de passer à la vue Nomogramme pression, où la configuration choisie est affichée dans le graphique sous forme de petite roue (fig. 4). Dans l’exemple illustré, la charge à la roue de 2500 kg et une pression de gonflage du pneu de 1 bar entraînent une contrainte au sol (calculée à 35 cm de profondeur) de 89 kPa (0.89 bar). Cette valeur peut être lue aussi bien sur le graphique (flèche 1), que dans les champs en dessous (flèche 2).



Fig.4

Une fois saisis les paramètres relatifs aux machines, il faut entrer les caractéristiques du sol (teneur en argile et force de succion) afin de déterminer sa résistance (fig. 5). La procédure est la même que ci-dessus : saisir un chiffre dans le champ, positionner le curseur sur la valeur souhaitée ou cliquer sur le bouton .
Astuce: La teneur en argile figure sur les certificats des analyses de sol requises par les PER. A défaut, choisir une des trois catégories proposées dans la fenêtre d’aide (fig. 5).

La force de succion est une mesure de l’humidité du sol (force de succion basse = sol mouillé, force élevée = sol sec) et peux être déterminée à l’aide d’un tensiomètre, appareil cependant peu répandu dans la pratique. Une aide est donc également proposée pour ce paramètre (cliquer sur ).



Fig.5

Sous Résultats, vous avez la possibilité de passer à la vue Nomogramme sol, où la configuration choisie est affichée sous forme de petite roue (fig. 6). Dans l’exemple illustré, une teneur en argile de 20 % et une force de succion de 15 cbar correspondent à une résistance du sol de 157 kPa). Cette valeur peut être lue aussi bien sur le graphique (flèche 1), que dans les champs en dessous (flèche 2).



Fig.6


Détermination du risque de compaction et interprétation des résultats

Une fois saisies les données relatives aux machine et au sol, le risque de compaction s’affiche dans l’onglet Diagramme de décision avec un commentaire relatif à la circulation sur le sol (fig. 7).



Abb.7

Voici comment interpréter le résultat obtenu (fig. 7):

Domaine vert:
aucun risque de compaction; il est donc possible de circuler sans risque sur le sol dans son état actuel avec le véhicule prévu.

Domaine jaune:
domaine de transition critique, avec risque de compaction notable. La connaissance d’autres caractéristiques du sol permet de préciser le niveau de risque. Ainsi, lorsque la teneur en pierres du sous-sol dépasse 10 % ou si le sol est bien structuré (notamment parce que des mesures de conservation ont été prises, que l’enracinement est bon, qu’il a une teneur élevée en humus ou bénéficie d’un apport de calcaire suffisant), alors le risque diminue. Dans tous les cas, il faut également tirer profit des possibilités techniques de réduire la contrainte exercée sur le sol : p. ex. diminuer la pression de gonflage, en tenant compte des notices d’emploi des fabricants, ne remplir que partiellement la trémie, monter des roues jumelées, etc. L’effet des mesures peut être vérifié en modifiant le diagramme décisionnel en fonction des nouvelles conditions.

Domaine rouge:
risque quasi certain de compaction persistante de la couche sous-jacente du sol. Il faut s’abstenir de circuler sur le sol, sauf si des mesures immédiates permettent de ramener le risque dans la zone jaune (p. ex. réduction de la pression de gonflage ou de la charge à la roue).

Limite entre les zones:

Limite vert-jaune:
la contrainte exercée sur le sol équivaut à 50 % de la résistance du sol. Selon l’état actuel des connaissances, cette valeur correspond au passage d’un état de plasticité totale à un début de déformation plastique de la structure du sol en réaction à une pression.

Limite jaune-rouge:
la contrainte exercée sur le sol équivaut à 110 % de la résistance du sol. Selon les résultats d’essais de roulage au champ, lorsque la contrainte exercée sur un sol dépasse la résistance du sol (majorée d’un facteur d’incertitude), il s’ensuit une déformation plastique importante de la structure du sol, et par conséquent une compaction persistante du sous-sol.

Pour plus de détails sur l’interprétation des résultats du modèle, consultez le chapitre 4 de l’aide à l’exécution « Protection des sols dans l’agriculture », publiée conjointement par l’OFEV et l’OFAG.